association aide aux victimes, experts d'assurés, juristes, indemnisation victimes

Association d’aide aux victimes & experts d’assurés, juristes, et autres professions

Après un accident de la route, après la douleur et les soins, il faut envisager votre indemnisation. Attention à ceux que vous mandatez et donc à ceux à qui vous confiez la défense de vos intérêts.

En effet, depuis quelques années le domaine du droit routier a intéressé de nombreux acteurs, et tous, comme dans tous les domaines, ne se valent pas.

°1) les associations d’aide aux victimes

Nous ne pouvons que vous recommander de vous faire assister d’une association de défense de victimes mais exclusivement celles qui sont bénévoles. Le bénévolat implique qu’il n’y ait aucune dépense de votre part concernant ses interventions, avant, pendant et après le dossier. Aucune convention d’honoraires ne devra alors être signée. Certaines associations n’hésiteront pas à vous faire signer de telles conventions au prétexte que cela couvrirait les dépenses ou frais de fonctionnement. Si tel devait être le cas, le pourcentage ne devrait jamais dépasser 0,5% des sommes négociées ou obtenues pour votre compte. N’hésitez pas à réaliser quelques recherches pour vérifier si vous êtes bien en présence d’une association. Il suffit de consulter les mentions légales de leur site internet accessibles en général via un onglet ou un lien en bas du site. Si les mentions légales ne sont pas précisées sur le site, passez votre chemin au risque d’être une seconde fois victime d’une escroquerie cette fois.

Pour notre association et ses actions, aucun honoraire, aucun frais ne vous sera demandé et vous restez libre de donner ou pas (faire un don).

°2) les avocats

Acteurs incontournables de l’indemnisation des victimes d’accidents de la route, c’est le moyen le plus sûr pour évaluer vos préjudices et obtenir une indemnisation intégrale et préserver vos droits. Si le montant de ses honoraires peut être un frein, il faut savoir que certains cabinets d’avocats travaillent à ‘l’américaine’ c’est-à-dire que vous aurez à payer une somme dérisoire à titre de forfait principal (entre 500 et 1000 euros – la loi impose cette partie fixe) et une somme au pourcentage des sommes récupérées, négociées et autres (entre 8 et 13% – les cabinets les plus réputés se rapprochent curieusement du plus bas, soit 8% et non du plus haut). Nous ne pouvons que vous conseiller de vous rapprocher d’un avocat spécialisé de façon à optimiser vos chances d’obtenir une indemnisation parfaite. En effet, le droit de l’indemnisation des victimes de la route est tellement complexe, sans cesse en mouvement et si dangereux lorsque l’on ne le maîtrise pas, qu’il faut impérativement se faire assister.

Il nous vient à l’esprit plusieurs cas de personnes qui avaient été assistées pourtant d’avocats, mais non spécialisés, et qui avaient obtenus une sous-évaluation de leur indemnisation.

Les avocats sont encadrés par une déontologie qui permettra de sécuriser les fonds négociés et obtenus. Aucune faillite ou escroquerie ne viendra perturber alors votre indemnisation et ce, d’autant plus que tous les avocats de France disposent d’une assurance professionnelle qui viendra couvrir la moindre erreur.

°3) les sociétés commerciales, experts d’assurés et autres anciennes professions nobles (ancien juriste, ancien procureur, ancien assureur…)

Ce sont à notre sens, les plus dangereux. Leur responsabilité est limitée à leur apport (en général entre 1 et 5000 euros), ils ont un dialogue de commercial, promettent des choses impossibles, vous font souscrire des conventions parfois plus chères que celles des avocats, ne peuvent pas intervenir au judiciaire et n’hésiteront pas alors à vous recommander d’accepter une transaction allant à l’encontre de vos intérêts.

Vous aurez compris que nous ne les mettons pas dans notre cœur, tout comme d’ailleurs la Cour de cassation qui vient de condamner récemment (2017) un expert d’assuré pour exercice illégal de la profession d’avocat. Il faut savoir aussi qu’en cas de problème, ces experts et autres anciennes professions ne sont pas soumis à une déontologie. Vous ne disposerez en outre d’aucune garantie professionnelle en cas d’escroquerie ou de faillite.

1 réponse

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *